Deux hôtels historiques de Mons en faillite

Vos résultats de recherche
Publié par Faillitimmo on 27 mai 2024
0

Deux hôtels historiques de Mons en faillite : « 200 chambres en moins, ce n’est pas une bonne nouvelle pour la région »

Mauvaise nouvelle pour le secteur du tourisme à Mons : deux hôtels historiques du centre-ville, l’ibis et le Lido, ferment leurs portes au 1er juin, soit dans moins d’une semaine ! L’avenir de ces établissements pourrait se jouer du côté de la concurrence…

Si vous avez essayé de réserver une chambre pour juin à l’hôtel ibis, au coin de la place Léopold, ou à l’hôtel Lido, rue des Arbalestriers, vous l’aurez constaté : les deux établissements n’affichent plus aucune disponibilité. Et pour cause : ils fermeront leurs portes au 1er juin !

Des raisons financières expliquent cette situation. Un curateur a été désigné. Ce vendredi matin, il était d’ailleurs attendu à l’hôtel ibis. C’est une même société qui gère les deux fonds de commerce, sans être propriétaire des bâtiments. L’ibis affiche 3 étoiles, le Lido 4.

Une perte pour le tourisme

La nouvelle est terrible pour le secteur du tourisme, sur laquelle la Ville de Mons mise beaucoup, grâce au riche patrimoine local et aux nombreuses activités dans la région.

Elle ne fait pas non plus forcément les affaires de la concurrence. « On pourrait penser que c’est bon pour nous, mais ce n’est pas le cas : ce n’est pas une bonne chose pour la région qu’environ 200 chambres s’effacent du marché d’un coup », déplore Mathieu Wohrmann, directeur de l’hôtel Van der Valk de Mons. « Nous gérons aussi le palais des Congrès (le Wallonia Conference Center Mons) et nous avons besoin d’un maximum de chambres. Si une société hésite entre plusieurs endroits pour faire un séminaire et qu’elle a besoin de 300 chambres, ce n’est plus possible. »

Un point positif toutefois, les deux établissements suscitent l’intérêt de concurrents, dont le groupe Van der Valk, justement : « Nous sommes très intéressés par une reprise, autant les fonds de commerce que les bâtiments. Mais c’est un processus qui peut prendre beaucoup de temps, on verra ce que le futur nous amène. »

Des emplois

Une trentaine d’emplois seraient concernés. Toutefois, dans un secteur en pénurie de personnel, ces travailleurs pourraient être rapidement courtisés. « J’ai déjà envoyé un mail officiel au curateur et aux directeurs des deux hôtels, pour dire que si certains voulaient quitter le navire en train de couler, ils pouvaient nous contacter », indique d’ailleurs Mathieu Wohrmann.

Reste à voir ce que deviendront concrètement les deux hôtels, à court et à long terme. Nous avons tenté de contacter la direction des deux établissements à ce sujet, mais n’avons pas obtenu de réponse à ce stade.

Source : Sudinfo

 

Comparer les annonces